French Stream, ne cherchez plus la nouvelle adresse, ce site de streaming gratuit est dans le viseur des autorités !

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Publication publiée :26 janvier 2024
Partager cet article

Vous cherchez la nouvelle adresse de French Stream. Stop ! Le paysage du divertissement en ligne a radicalement évolué au fil des années, avec l’avènement des plateformes de streaming légales offrant une multitude d’options pour les amateurs de films et de séries. Parmi elles, ont peut citer Netflix, Disney+ ou bien Amazon Prime Vidéo.

French stream

Cependant, aux côtés de ces plateformes légales, un marché parallèle de sites de streaming illégaux a prospéré, offrant un accès gratuit à un vaste éventail de contenus. Parmi eux, French Stream, Wiflix, Wawacity et autres pour ne citer qu’eux ont attiré l’attention des autorités françaises qui s’efforcent de lutter contre cette forme de piratage numérique.

French Stream, l’un des sites les plus populaires dans la sphère du streaming illégal, propose une variété de films, de séries et de contenus en streaming sans autorisation. Son attrait réside dans la disponibilité immédiate de contenus récents, parfois encore en salle de cinéma. Cependant, les pratiques de French Stream contreviennent aux lois sur les droits d’auteur et portent préjudice à l’industrie cinématographique et télévisuelle.

Lire aussiLes meilleurs sites gratuits pour regarder des films et séries en streaming

Si auparavant nous vous proposions de découvrir la nouvelle adresse de French Stream, il n’en est désormais plus question. Nous avons reçu en août 2023 une mise en demeure de la FNEF (Fédération Nationale des Editeurs de Films) nous ordonnant de cesser de diffuser et mettre en avant les techniques (illégales) qui permettent d’avoir accès aux sites de streaming gratuits. Pour cette raison, vous ne trouverez plus sur Fulldeals, des articles qui donnent la vraie adresse de French Stream ou d’autres sites de streaming visés par la justice.

Conséquences éthiques

Vol de propriété intellectuelle : Le streaming illégal revient en grande partie à voler la propriété intellectuelle des artistes, producteurs, et créateurs de contenu légitime. Cela sape l’incitation à la créativité et nuit à l’industrie du divertissement dans son ensemble.

Préjudice envers les créateurs : Les conséquences éthiques incluent également le préjudice infligé aux artistes, aux scénaristes et aux autres professionnels de l’industrie qui dépendent des revenus générés par leurs créations. Le streaming illégal prive ces créateurs de la rémunération qu’ils méritent pour leur travail.

Histoire et impact du streaming illégal sur l’industrie du divertissement

Le streaming illégal a une histoire qui remonte aux débuts d’Internet, mais il a connu une expansion significative avec l’avènement de sites de partage de fichiers et de services de streaming en continu. Au fil des années, il est devenu un problème mondial ayant un impact considérable sur l’industrie du divertissement.

Perte de revenus : Le streaming illégal prive l’industrie du divertissement de milliards de dollars en revenus chaque année. Cette perte de revenus a un impact direct sur la capacité des studios, des artistes et des maisons de disques à financer de nouveaux projets.

Baisse de la qualité : Le streaming illégal peut également entraîner une baisse de la qualité des contenus proposés, car les créateurs n’ont pas les moyens de produire des œuvres de haute qualité sans financement adéquat.

Dissuasion des investissements : L’industrie du divertissement peut être réticente à investir dans de nouveaux projets lorsque la perspective de piratage est élevée, ce qui peut entraîner une stagnation de l’innovation.

Conséquences socioculturelles : Le streaming illégal peut également avoir des répercussions sur la culture de la consommation de contenu, en normalisant le non-respect des droits d’auteur et en encourageant les comportements illégaux.

En somme, le streaming illégal a des conséquences négatives à la fois légales et éthiques, tout en ayant un impact significatif sur l’industrie du divertissement. Sensibiliser les consommateurs à ces conséquences est essentiel pour promouvoir un environnement de divertissement respectueux des droits d’auteur et durable.

La lutte des autorités françaises : Actions légales et fermetures

Les autorités françaises sont fermement engagées dans la lutte contre le piratage numérique et le streaming illégal. Les sites tels que French Stream, Wiflix, Wawacity et Zone Téléchargement ont été identifiés comme des cibles majeures dans cette lutte. Les efforts pour éradiquer ces plateformes illégales reposent sur plusieurs fronts.

Les détenteurs de droits d’auteur et les industries créatives ont intenté des actions en justice pour faire fermer ces sites de streaming illégaux. Les tribunaux ont ordonné la fermeture de certains d’entre eux et ont imposé des sanctions financières. Cependant, il est parfois difficile de maintenir ces fermetures de manière permanente, car les opérateurs de ces sites peuvent renaître sous de nouveaux noms de domaine ou dans des juridictions différentes.

Bloquage des accès et sensibilisation du public

Une autre stratégie employée par les autorités françaises est le blocage des accès à ces sites depuis les fournisseurs d’accès à Internet. Bien que cette approche puisse entraver l’accès pour certains utilisateurs, elle peut également être contournée à l’aide de services VPN (réseau virtuel privé) ou de proxys.

Outre les actions juridiques et techniques, les autorités françaises mettent en œuvre des campagnes de sensibilisation pour informer le public sur les dangers du streaming illégal. Ils soulignent les conséquences juridiques pour les utilisateurs et les préjudices causés aux créateurs et à l’industrie du divertissement.

La montée en puissance de sites de streaming illégaux comme French Stream, Wiflix, Wawacity et bien d’autres a attiré l’attention des autorités françaises qui mènent une lutte acharnée contre cette forme de piratage numérique. À travers des actions légales, des fermetures de sites et des campagnes de sensibilisation, les autorités visent à protéger les droits d’auteur, à préserver l’industrie du divertissement et à encourager les utilisateurs à opter pour des plateformes légales et respectueuses des droits.

Google conscient du problème

L’effort soutenu et en accélération contre les plateformes de partage illégal demeure manifeste. Cela se reflète clairement dans les informations fournies par la section des Rapports de Transparence de Google, où sont divulguées les adresses URL des sites qui mettent à disposition du contenu contrefait et qui sont retirés de la toile suite aux demandes des titulaires de droits.

Depuis le lancement de ce service, une somme totale de sept milliards de liens a été supprimée. Étonnamment, un milliard de ces liens a été retiré de l’index en à peine neuf mois, illustrant de manière frappante l’intensification récente des signalements émis par les détenteurs de droits. Cette évolution a été mise en évidence par Phonandroid.

Une société se distingue par son activité prédominante dans ce secteur : MingGeek Premium. Cette entreprise gère une variété de sites web offrant des contenus en ligne, incluant des sites classés X tels que Pornhub. À elle seule, la société serait responsable de plus d’un quart des requêtes de désindexation.

Ces requêtes peuvent parfois être abondantes en l’espace d’un laps de temps très court : Google enregistre jusqu’à plus de deux millions de requêtes par jour. Certaines d’entre elles sont également infondées et ciblent des services innocents, comme Torrent Freak, un site d’actualités sur le streaming légal et illégal. Ce dernier a récemment été soumis à un retrait de l’index de manière “sauvage”, simplement parce qu’il avait mentionné des noms de sites qui offrent du contenu piraté.

Torrent Freak souligne avec pertinence : « Toutes les demandes de retrait ne proviennent pas des personnes ou des entreprises mentionnées. » En effet, de nombreux individus peu scrupuleux envoient des notifications au nom de titulaires de droits légitimes, créant ainsi de la confusion. Il semblerait que certains propriétaires de sites illégaux se dénoncent mutuellement dans le but de réduire la concurrence.

Plutôt que de chercher la nouvelle adresse de French Stream et consorts, on vous conseille donc de vous tourner vers l’offre légale. Netflix, Disney+, Prime Video, qui respectent tous les droits d’auteurs. Tous proposent en plus une période d’essai gratuite afin que vous puissiez découvrir leur service. Cela vous évitera bien des problèmes avec la justice.